top

ARTISTS

TOUR DATES

 » FRIDAY 30.09.2016
@ Eden, Charleroi (BE - 6000)
SPAGGUETTA ORGHASMMOND @ EDEN 
CONCERTS: Spagguetta Orghasmmond (ATG)
 » SATURDAY 01.10.2016
@ Discovery Box, Braine-le-Comte (BE - 7090)
CONCERTS: The Poneymen (BE)
 » THURSDAY 06.10.2016
@ A.D.M, Amsterdam (NL - 1045)
A.D.M FESTIVAL 
CONCERTS: Miss Tetanos (Und) Sri.Fa feat Stephen O'Maltine (BE)
 » FRIDAY 07.10.2016
@ L'an vert, Liege (BE - 4020)
CONCERTS: The Poneymen (BE)
 » FRIDAY 14.10.2016
@ Festival Francofaune, Bruxelles (BE - 1030)
CONCERTS: The Poneymen (BE)
 » SATURDAY 15.10.2016
@ Les Tailleurs Festival, Ecaussinnes (BE - 7190)
CONCERTS: The Poneymen (BE)
 » SATURDAY 29.10.2016
@ Le Parapluie National, Binche (BE - 7130)
CONCERTS: Sects Tape (BE) + Bayacomputer (BE)
 » FRIDAY 04.11.2016
@ Cactus Muziek Centrum, Brugge (BE - 8200)
CONCERTS: Unik Ubik (BE) + Black Flower
 » SATURDAY 05.11.2016
@ Alive Records, Mons (BE - 7000)
CONCERTS: Miss Tetanos (Und) Sri.Fa feat Stephen O'Maltine (BE) + Spagguetta Orghasmmond (ATG)
 » THURSDAY 10.11.2016
@ Le Parapluie National, Binche (BE - 7130)
MISS TETANOS GANG/TOURNéE GOING UP 
CONCERTS: Miss Tetanos (Und) Sri.Fa feat Stephen O'Maltine (BE) + Rince-doigt (BE)
 » FRIDAY 11.11.2016
@ Volantis Night, Fleurus (BE - 6220)
CONCERTS: Unik Ubik (BE) + Pure (BE) + Fuel Sauce DJ: Globul (BE)
 » FRIDAY 11.11.2016
@ Le Moulin, Gerpinnes (BE - 6280)
MISS TETANOS GANG/TOURNéE GOING UP 
CONCERTS: Miss Tetanos (Und) Sri.Fa feat Stephen O'Maltine (BE) + Rince-doigt (BE)
 » THURSDAY 24.11.2016
@ Centre Culturel de Farciennes, Farciennes (BE - 6240)
CONCERTS: Miss Tetanos (Und) Sri.Fa feat Stephen O'Maltine (BE) + Rince-doigt (BE)
 » FRIDAY 25.11.2016
@ L'Annexe, La Louvière (BE - 7100)
TOURNéE GOING UP: MISS TETANOS GANG + RINCE DOIGT 
CONCERTS: Miss Tetanos (Und) Sri.Fa feat Stephen O'Maltine (BE) + Rince-doigt (BE)
 » SATURDAY 21.01.2017
@ Belvédère, Namur (BE - 5000)
CONCERTS: La Jungle (BE) + Spagguetta Orghasmmond (ATG)

Powered by


LE PRINCE HARRY (BE)
Electro / Punk / Garage
Official Website   LPH on Rockerill Records   Facebook   Bandcamp   Rockerill Records  

A Toxcity, sous la menace permanente d'une pluie radioactive, des enfants moustachus jouent dans des bacs à cailloux entre les étrons de mutants et les seringues de foutre encore tièdes.

Dans les rues désertées par toute forme de vie vaguement civilisée résonne une musique étrange, épileptique, discordante, qui fait battre les veines comme une trace de 20 kilomètres, irrésistible comme une bière éventée au réveil, jouissive comme une capote qui craque.

Au fond d'une cave moisie, deux dipsomanes mongoloïdes torturent des synthés analogiques et d'autres machines, violent des guitares et harcèlent une basse sur fond de clameur incongrues. Un public épars de marginaux sans revenu, les yeux révulsés ou les pupilles dilatées à l’extrême, suant des litres de toxines glisse plutôt qu'il ne danse entre les flaques de vomissures ensanglantées et d'urine ultra-acide.

A 210 bpm, la rythmique électronoïde soutenue ne laisse aucun moment de répit, les lignes de basses de synthé distordues provoquent des visions perverses de parades amoureuses, les riffs tranchent comme un rasoir à travers un globe oculaire et la voix annonce sans discontinuer l'imminence de la fin du monde. C'est envoûtant, écouter un morceau de plus c'est se préparer à commettre un truc qu'on regrettera inévitablement, c'est comme tromper son copain. C'est le moment de danser sur les ruines au son du kick électronique et de vivre ce jour comme si c'était le lendemain du dernier. 

In Toxcity, moustached kids play in rock boxes, among mutant turds and tempered cum needles, defying the constant threat of radioactive rains.

In the streets emptied from all kind of civilised life, a strange, epileptic music can be heard. It makes the veins pump more than a 20-kilometer long coke line, as irresistible as a lukewarm beer in the morning and as orgasmic as a breaking down condom.

In a mouldy basement, two mongoloid dipsomaniacs torture their analogical keyboards and other devices. They rape guitars and badger a bass amid incongruous background noises. The audience - sparse flock of penny-less outsiders, covered in toxin sweat, pupils dilated and eyes rolling into their brains - slides more that it dances between the pools of bloody vomit and acid urine.

The electronoid 210 bpm rhythm allows no rest. The distorted bass lines of the synthesizer - inducing perverted visions of courtship rituals - and the riffs sharp as razorblades cutting through an eye globe accompany a voice endlessly prophesizing the end of the world. It's mesmerizing, like cheating. It's about time we dance in ruins on the beat of an electronic kick, and we live this day like yesterday was the last.
 

Le Prince Harry "Fancy For A Cancer"

 

 

INTERVIEW WITH LE PRINCE HARRY (By Barako Bahamas & Stephen O'Maltine)

- Quand on tape « Le Prince Harry » sur Google, il y a une photo d’1 rouquin en uniforme… un membre du groupe ?

Oui et non, en fait on l'a viré dès la première répète car il ne sait absolument pas jouer de quoique ce soit et il s'habille très mal,  par contre il vient aux concert, boit toutes nos bières et place des solos de guimbarde tout au long du set, surtout entre les morceaux. Souvent il réussit à se tirer avec le fric et la copine de Snon.

- Envisagez-vous de tourner en Angleterre ? ça devrait faire un beau Buzz …

Malheureusement au pays de Genesis, un groupe atroce du nom de Soho Dolls a un morceau qui s'appelle Prince Harry  et on risque l'amalgame avec cet excellent groupe belge du nom de Le Prince Harry. De toute façon, Snon a le mal de mer, Lio est interdit de vol en Europe et Gérald a la phobie des tunnels et la rage. Mais si on nous invite, on peut éventuellement nager jusque là.

- Comment analysez-vous le nouveau tournant de LPH par rapport à l'époque de votre précédente sortie, le split LPH/DD ? Qu’est-ce qui a changé/évolué au niveau musical ?

Depuis Human Safari, on a changé un membre contre un autre et c'est très difficile d'écrire avec des orteils. Snon a remplacé Ben, ça change un peu l'énergie du groupe, on s'est échiné à jouer plus droit, plus carré, plus simple et on a ajouté pas mal d'éléments mélodiques, on a un peu éclairci le son, on a du meilleur matos, puis on a pas vraiment de morceaux "punk punk" sur ce disque. Il est plus mature, peut-être moins agressif, plus post-punk, c'est un changement qui s'est fait naturellement, on trouve ça plus personnel.

- Concernant les 2 labels, TM et RR, comment ça s’est passé? Pourquoi?

Je crois que ça les arrange niveau thunes, on n'est absolument pas subsidié par la communauté française ou quoi que se soit. On ne fait pas partie de ce milieu, et tant mieux, on est libres et en marge de "l'industrie pop-rock belge", tout comme les labels. En fait, après le studio, on a envoyé les titres aux deux labels qui se sont tous les deux montrés enthousiastes, la coprod était évidente. C'est assez chouette d'avoir un pied en Belgique et un autre en France, ça permet d'étayer notre monopole absolu sur la musique alternative européenne sans avoir recours à la menace ou à la torture, comme c'était le cas auparavant.

- Les prochaines étapes qui vous attendent?

Dans un premier temps, le succès, puis la gloire et enfin la richesse. Sinon on a une bonne tripotée de concerts de promo pour ce disque, on a une très chouette tournée qui nous mènera jusqu'à Barcelone. On aimerait tourner un maximum dans les mois qui viennent, ensuite on aimerait avoir le temps d’enregistrer quelques titres et de sortir quelques 45t, certains complètement électros, d'autres garage punks super crades ou totalement cold wave, mais le problème c'est qu'on finit toujours par mélanger ces trois style dans chaque morceau...

- Quelques plaques incontournable qui vous ont influencées? Vos goûts du moment?

Au départ, on avait pas d'idée précise de ce que le groupe allait devenir, le tout tout début, ça a été un quatuor garage dont il ne subsiste plus qu'un seul membre, après un projet uniquement sur ordi, puis la formule trio, donc dès les premiers mois, on avait des morceaux TRÈS différents les uns des autres, mais il ya avait déjà du synthé. On écoute tous les trois des choses assez différentes, mais on peut dire que No Tears de Tuxedo Moon, Confusion Is Sex de Sonic Youth, Resuscitation d'Adult, Les Screamers, Bad Music for Bad people des Cramps, Warsaw, Alles is gut de DAF, We are electrocution de Le Shok, Applied Ignorance des Phantom limbs, Volt, Young, Loud and Snotty des Dead Boys, la compil World's Lousy With Ideas n°8, les Daily Void, Try out de Kas Product, les Dead Kennedys, Add (N) to X, Nervous gender, Pink Flag de Wire, Teenage jesus and the jerks sont des groupes/disques qui nous mettait tous d'accord. Il faut dire qu'on était adolescents dans les années 90, on a eu cette habitude des groupes qui puisaient leur inspiration dans des courants musicaux différents, parfois même contradictoires, ça a eu un impact positif: décomplexer l'écriture musicale, d'un autre côté on a eu droit à des merdes fusion complètement atroces, bref avec ce background, on avait aucun problème à taper un beat electro-clash avec un riff punk-rock et des claviers garage, à partir d'un moment ça devenait cohérent.  A l'époque de la compo et de l'enregistrement j'écoutais beaucoup de compile de bat-cave, avec des chic groupes comme Sex Beat, March Violets, Empire... J'ai jeté une oreille plus "musicale" à la compile BIPPP pour taxer deux-trois recettes à la wave française. Sinon, pour le moment Slovenly a sorti un super Gay Anniversary, New in Class, c'est fameux, et Bazooka aussi, du grage punk grec excellent. Leather Leather de Video est une bonne claque, comme l'album d'Iceage, Holograms ont un morceau assez incroyable qui s'appelle ABC City, Total Control sont assez terribles!


bottom

Rockerill Production - Rockerill Records
Rue de la Providence, 136 - 6030 Marchienne-au-Pont