Driving Dead GirlDon't Give A Damn About Bad Reputation

Cat. Nr.:ROREC0007
Release date:2010-12-10
Label:Rockerill Records
Buy digital:
Details:

In 2003 Dim Wild and Ronald Dondez unite to form Driving Dead Girl. In 2004, they are selected to participate at the Dour Festival, the first important step for the band. Then follow several interesting premieres like The Rakes, Queen Adreena, Radio 4, Tokyo Sex Destruction, The Black Angels. And the arrival of the first album "50000 Dead Girls Can't Be Wrong" achieved with JF. Hermand on drums and Andrew Diaz on bass: featuring a selection of 7 tracks recorded in live conditions and mixed in two months, responding to the garage-rock influences that drive the band. Distributed by Bang! this album brings them to play around Belgium but also in France. After several changes of "line-up" and avoiding the end of the band, Driving Dead Girl stabilized in 2008 with drummer Vincenzo Capizzi and bassist Daniel Diaz. Then new proposals for concerts coming, and new premieres such as Black Rebel Motorcycle Club and Lords Of Altamont cement the reputation of the band on stage.

Tracklist:
  1. Don't Wanna Talk About That Girl Anymore
  2. The Girl From The Room Sixteen
  3. Off
  4. Black Sweet Fire
  5. Lie Around
  6. Loaded
  7. The Way To Your Heart Ain't Easy To Ride
  8. Liquor Store
  9. The Black Jack Love Of Harry The Sinner
  10. It's Raining
  11. No Home
About:View Press Releases
  • PRESS RELEASE
  • Shoot Me Again
  •  

    Don't give a damn about bad reputation! C’est le titre du second volume de DRIVING DEAD GIRL. La formation bruxelloise de rock garage tardait à nous l’offrir, voilà que c’est chose faite, son deuxième album est enfin disponible ! 
     
    Titre un peu longuet mais qu’importe, le bal s’ouvre sur « Don't wanna talk about this girl anymore ». Accrochez-vous, c’est parti pour 18 titres plus rock’n’roll les uns que les autres! Le groupe, qui semble au passage avoir enfin trouvé son line-up, nous propose toujours un cocktail d’un savoureux mélange de Jon Spencer, Deus, Black Rebel Mortorcycle Club…et j’en passe. 
     
    Tout démarre sur les chapeaux de roue mais c’est « off », troisième morceau de l’album, qui met vraiment le feu aux poudres. A partir de ce moment-là, plus moyen d’arrêter de bouger la tête, le genou, le pied ou ce que vous voulez… Tout en simplicité et en efficacité, DRIVING DEAD GIRL enchaîne les morceaux jusqu’à nous conduire à « The way to your heart ain't easy to ride ». Fermez les yeux, Johnny Cash is not dead ! Magique ! 
     
    Avant d’arriver aux bonus, oui le combo belge a été généreux en quantité, gros riffs sur « Liquor store » et « The black Jack love of harry the sinner » . Si ça, ça ne sent pas bon le Jon Spencer ça ne sent rien du tout ! A consommer sans modération ! Même si le nombre de morceaux est inhabituellement élevé on ne s’ennuie pas pour autant ! Voilà probablement une des grosses qualités de ce second opus, on ne se rend pas compte du temps qui passe et voilà qu’on se retrouve déjà à écouter « Driving dead girl », le der des der de l’album bonus compris ! 
     
    En bref : à prescrire aux dépressifs (en plus d’une ou deux mousses), c’est mieux que le valium !